ARAOUANE
ARAOUANE à environ 270 km de Tombouctou, se trouve sur la route de l'Azalai et au croisement d'autres pistes caravanières venant de Ghadamès, Sidjilmasa.. Ces pistes étaient très fréquentées, surtout au Moyen Age et au siècle dernier, La situation d' Araouane est absolument affreuse: un désert totalement inhospitalier. L'agression des mouches y est continuelle. Les dunes de sable poussées par les ouragans envahissent perpétuellement les maisons aux formes de château fort , sans fenêtres. Les habitants d'Araouane, des Bérabich et des Kounta , s'y calfeutrent le jour pour échapper aux calamités de ce désert, Araouane doit sa prospérité à ses nombreux puits, entretenus par des esclaves noirs. Araouane devint très vite un centre commercial prospère où l'on trouvait tout pour les "échanges commerciaux " et la bonne marche des caravanes. Ce village reçut la visite d'hommes illustres : Jean Léon l'Africain, René Caillé, Oscar Lenz, le Rabbin Mardoché... Une autre calamité s'abattait sur Araouane : les rezzous permanents des Touareg, des Kounta dissidents et autres pillards du désert . Ce qui obligea les Français à y construire un fort : du nom d'un héroïque officier "GROSDEMANGE " . tué près de Mabrouk en 1909.

Insigne du Goum d'Araouan : Collection .

"Symboles-et-traditions"

ARAOUANE

 

MABROUK

 

DAYET

 Mabrouk Ksar sis à 275 km au nord de Bamba , fut fondé au début du 18°siècle ( le Kitab al Taraïf précise même en 1720 - 1721 ) par les premiers Kounta Abd El-Ouafi qui arrivèrent dans l'Azaouad.

Mabrouk devint un gîte d'étape important sur les grandes routes caravanières venant duTouat

C'est vers 1904 que Sidi Amar y édifia une grande mosquée et entouré de ses talamides Kounta et Touareg il se consacra aux pratiques mystiques ; le village reçut des pèlerins et Sidi Amar devint l' ermite de Mabrouk.

Sidi Amar compromis dans l'affaire d'Achoura ( le rezzou qui coûta la vie au commandant Grosdemange ) vit disparaître son village le 30 /11/1909. Le commandant Bétrix considéra Mabrouk comme un centre d'espionnage à la solde d'Abidin le plus grand ennemi des Français.

Ces Kounta se disent Quraychites. Originaire duTouat, leur ancêtre serait Okba ben Nefi. Ils constituent une puissance religieuse et commerciale rayonnant sur une grande partie de l'Afrique de l'Ouest.

En 1923, aux environs de Dayet an Naharat deux ou trois cents Regueïbats surprennent le carré des méharistes .Les tirailleurs furent décimés et les chefs tués . Les restes du sergent ROUCCHI furent rassemblés près du puits. Le peloton méhariste N°1, ci-contre en 1926, rend hommage à ce sous -officier .

 

 

 

 

Etat de la famille de Sidi Ould Arouatta chef du village . Recensement établi le 22/10/1924 à Araouane par le sergent Paul OLIVREAU . Ce dernier est mort à BLOIS en 1999 à l'âge de 95 ans.

Paul OLIVREAU fut le secrètaire du lieutenant LE COQ en 1924 à TOMBOUCTOU.

 

Vue d'ensemble d'Araouane en 1926

 

 

Ci-dessus Maître VERSAVEAU devant le poste émetteur nous rappelle le sans-fil du roman de joseph Peyré ;

" L'Escadron Blanc "

"...le casque écouteur collé à son crâne rasé, le torse nu, huilé de sueur ...

Retrouvez les oeuvres de joseph PEYRE

Cliquez ci-dessus

 

 

 

ARAOUANE en 1926

A gauche le poste T.S.F. crée en 1924

Photo prise du sud

 

 

Le Fort GROSDEMANGE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

PHOTOGRAPHIES DE L'ASSOCIATION CADI

Association du Collectif d'Araouan pour le développement intégré

 

         

Cliquez sur les photographies pour les agrandir

Pour contacter l'association CADI cliquez sur l'adresse ci-dessous

 cadiaraouane@gmail.com

 

 temhai@wanadoo.fr

 

 Collection Lucien Crouzet

 Retour vers le sommaire

ou vers la page suivante


Pages

1 - 2 - 3 - 4 - 5 - 6 - 7 - 8 - 9 - 10 - 11 - 12 - 13 - 14 - 15 - 16 - 17 - 18 - 19 - 20 - 21 - 22 - 23 - 24 - 25 - 26 - 27 - 28 - 29